Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 01:00

En plongeant le plus loin possible, puis en remontant naturellement, ça donne à peu près ça.


L’amie de Maman qui m’offrait une peluche. Il fallait dire merci. Se laver les mains avec 4 cousins sous un seul robinet. Les poussières de crayon coincées entre le livre et le protège-livre, surtout dans les coins. Il fallait écrire proprement. Les tables de multiplication sur le dos du cahier de brouillon. Il fallait apprendre. Les châteaux de sable avec des meilleurs copains éphémères. Le tir à l’arc. Le nouveau collège, les gens qui se connaissaient, et pas moi. Les gens qui savaient embrasser, et pas moi. Les raisonnements logiques. Il fallait comprendre. Les infos au dîner, les élections, l’Irak. Sortir sans les parents. Embrasser enfin. Le scooter. La plus grande chambre. Partir en vacances sans les parents. Le printemps, le bac et l’herbe coupée. Partir de chez les parents. Penser et agir. Se construire. Le vélo volé. Aimer un peu. Laisser la caution. Être professionnel, ne pas faire d’erreur. L’assurance devant le client, pas un rictus de doute. Gagner de l’argent. Aimer vraiment. Changer d’appartement. Travailler plus. Mener un entretien depuis l’autre côté de la table. Faire un enfant. Travailler moins. Habiter plus loin de la ville. Changer de siège-auto, refiler l’ancien au deuxième. Emballer les cadeaux des enfants. Protéger leurs livres. Les amener au collège. Aller les chercher à 2 heures du matin, les voir ivres. Leur apprendre le respect. Se porter caution. Les accueillir le dimanche. Parfois. Remercier le copain de la grande pour les fleurs. La ménopause. On se dit que c’est passé vite, on s’embrasse. Partir en vacances sans les enfants. L'enterrement de papa. Celui de maman. Les livres. Grand-mère, c’est dingue. La flemme de gratter la voiture. Tricoter les cadeaux des petits-enfants. Les voir une fois l’an, tous d’un coup. Les voir une dernière fois. Néant.


L’eau est froide en profondeur. Très froide. On remonte à une vitesse constante, mais elle est presque toujours aussi froide. On a le temps de sentir les maigres variations de température, c'est agréable. En s’approchant de la surface, elle est vaguement tiède. Puis elle se réchauffe vite. Puis de plus en plus vite. Brusquement: on a le corps hors de l’eau, et l’activité est terminée.

 



Il faudra que cette chair sèche, bien sûr. Ca prendra du temps. Mais plus jamais on ne sera immergé. Plus jamais cette eau salée n’entrera dans nos poumons.

 

 

Image source: James Cooper, via satalienavvaa

Partager cet article

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article

commentaires

I am an independent Social Media Consultant, check my portfolio:

http://ugoorlando.com/

Community-Management-Freelancer.png