Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 02:00

Au départ, je trouvais ça bon d'essayer de me débrouiller seul.

Je trouvais ça honteusement bon, de rester dans Paris tout seul.

 

Le chauffeur du taxi s'éloigne. Je lui ai demandé de garder la monnaie. C'était un billet de 50, mais il était sympa. Maintenant, il me reste vraiment plus grand chose. Et je vais devoir m'en séparer. Ca va être chaud.

Deux semaines plus tard, me voilà sur mon matelas à même la rue. Sous ma couverture à trois trous : un pour mon pied droit, un pour mon pied gauche, et un pour ma bite. C'est pour pouvoir pisser sans avoir à se lever. Pour le reste, je suis couvert, j'ai ma dignité.

Quand j'entends les pas des premiers Parisiens de la journée, je leur fais une belle grimace, toute langue dehors. Dommage, ils peuvent pas en profiter, j'ai la tête sous ma couverture et ma montagne de paquets de mouchoirs. 8 maxi packs, c'était pile le bon prix pour me débarrasser de toute ma monnaie, jusqu'au dernier centime.

Pour le reste, je fais avec ce que je trouve en me baladant. Je prends ce que Paris rend. La salade laissée dans les gamelles en polystyrène jaune pâle des kebabs. Parfois du pain dont les pigeons ne veulent pas. Parfois je leur pose pas la question, et je leur vole. Il faut être à l'aise avec ce genre de pratique, c'est sûr.

J'ai aussi trouvé des ciseaux et de la ficelle. Ca c'est ce qu'il y a de mieux, je m'en lasserai jamais. J'enroule un bout de la ficelle à un arbre. Je la tends sur 5 ou 6 mètres. Je suspends une paire de ciseaux à la ficelle par le trou d'un des ciseaux (je sais bien que c'est prévu pour les doigts, mais moi j'y mets la ficelle). Et j'enroule l'autre bout de la ficelle à ma tête. Idéalement au niveau du nez. Le but du jeu, c'est de réussir à couper la ficelle avec les ciseaux, alors qu'ils sont justement suspendus à la ficelle.

Les passants veulent rarement jouer - je les comprends, c'est pas facile - alors c'est souvent moi qui m'y colle. En fait, tout le temps. C'est tout le temps moi qui m'y colle. C'est un jeu complexe. Et pas très durable. A chaque partie, la ficelle est de plus en plus courte. Alors quand j'aurai plus de ficelle, il faudra que Paris en rende une autre. En attendant, les ciseaux serviront pour les cheveux et la barbe.

Qu'il est bon de se débrouiller seul.

Qu'il est honteusement bon de rester dans Paris tout seul.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article

commentaires