Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 00:00

Elle se faisait chier avec les autres Erasmus. Les gens de sa génération n'en avaient que pour les idoles de leur génération. Elle n'avait pas de répondant dans les conversations sur Kim Kardashian, Paris Hilton, ou Nabilla. Pire, elle ne voulait pas en avoir. Elle ne voulait pas s'y connaître. Les futilités, c'était non.

Alors, au lieu d'aller aux soirées qui étaient trop loin, elle restait dans sa chambre, et elle regardait des vieux films. Et bientôt, au lieu d'aller aux soirées du campus, elle restait dans sa chambre et elle se passionnait pour Ingrind Bergman, Marlon Brondo, Gary Cooper, Jeanne Moreau.

Elle lisait leurs biographies en écoutant du jazz. Elle regardait des images d'archives, ce qu'on disait d'eux. Elle voulait déceler les secrets de l'évolution d'une moustache, d'une garde-robe. Elle comparait les âges des premières chirurgies esthétiques, des overdoses, des caprices de tournages. Elle apprenait par cœur parfois. Comme pour le bac. Elle voulait s'y connaître.

Au lieu d'aller en cours, elle chinait les Paris Match des années 1950 sur Price Minister. Elle mettait pause sur les Hitchcock, pour voir dans un regard, les signes avant-coureurs des tourments de la vie d'un tel ou d'une telle. Ce reflet au fond des yeux n'est aussi lumineux que dans les films en noir et blanc. Sans le son, on devine davantage.

Les cameos, les mouches qui se posent sur les acteurs, rien ne lui échappait. Elle avait passé 2 jours sur The Story of Dr. Wassell.

 

Et puis, elle a reçu ses Paris-Matchs. Le papier. Les typos. La date sur la couverture. Elle était émue.

Elle a mis un peu de temps, puis s'est décidée à l'ouvrir.

Les photos avec les muscles. Les robes et les chemises très blanches avaient pris la couleur un peu jaunie du papier. Le temps avait patiné les images. Les interviews. Elle connaissait toutes les références, toutes les allusions. Elle a dévoré son magazine, puis l'a refermé, l'a posé sur la table et s'est endormie.

A son réveil, elle avait toujours la même soif. Elle ouvrait à nouveau Paris-Match et dévorait des yeux les images. Elle lisait à nouveau, mais ça ne la rassasiait pas. Comme si elle mangeait des biscottes de rien. L'anecdote de Monroe en colère, déjà lue 52 fois, lui paraissait maintenant un peu sur-analysée.

Elle passait sur les phrases bateau : "C'est très agréable de travailler avec lui, il est très exigeant". Elle mettait ça sur le compte d'un journaliste trop précautionneux, qui cherchait les réponses les plus convenues.

 

Price Minister l'informait que le vendeur lui avait laissé un message :

"J'esper que vous avé bien recu le parismatch..... et que vous lapprecier!! si vous voulé en commandé dautre dite moi jen ai pleins!! notament..... le gala sur trieweler qui est introuvable!!"

C'était un jeudi. A 22h10. Soudainement, le monde lui paraissait vide de modèles. Ses dernières semaines inutiles. La robe d'Ingrid Bergman était fade, banale. Hitchcock était un people comme les autres. Jeanne Moreau était l'ancêtre de Nabilla.

Elle a pris une douche, elle a rejoint ses potes, et elle a fait semblant de s'intéresser à Games of Thrones.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article

commentaires