Mercredi 1 octobre 2014 3 01 /10 /Oct /2014 00:00

Pour l'instant oui, ça va bien.

Tu es dans le mouvement, dans le pas grand chose.

Dîner, bain, télé, histoire, brossage de dents.

Mais un jour, tu auras une pensée fugace.

Tu penseras que tes enfants ne grandissent pas assez vite, que tes meubles se rapprochent les uns des autres.

...

Il était là cet évier?

Par Ugo - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Mercredi 17 septembre 2014 3 17 /09 /Sep /2014 00:00

Elle marche toujours en penchant imperceptiblement à droite. Rarement à gauche. Il faut bien faire attention pour s'en rendre compte.

Elle connaît tout Paris. De la rue du Ruisseau au Quai d'Austerlitz. Des façades immaculées du XVIe à la cité du sang. Des Batignolles au Petit Montrouge.

Avec le même regard bienveillant, la même démarche bancale, elle a parcouru toute la capitale. Dans le sens des aiguilles d'une montre. Rarement l'inverse.

Avec quelques amis, ou seule avec des commissions, elle est passée dans les tunnels et sur les ponts.

Et puis un lundi de l'année 1934, elle s'est arrêtée. Le métro et l'automobile avaient eu raison d'elle.


Ceux qui faisaient bien attention voyaient que sa petite ceinture penchait plus souvent du côté droit.

 

 

http://www.pierrefolk.com/theme/PC/30.jpg

 

 


Image: via Pierre Folk

 

Par Ugo - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Mardi 2 septembre 2014 2 02 /09 /Sep /2014 00:00

Lui est du genre "ouais faut pas déconner non plus"

Elle est du genre "ils abusent les gens"

Lui est du genre "putain j'avais trop faim"

Elle est du genre "ah la petite pute"

Lui est du genre "t'as trop en raison en vrai"

Elle est du genre "nan mais ça fait mal au cul quoi"

Lui est du genre "oh c'est bon ça!"

Elle est du genre "voilà ça arrive qu'à moi"

 

Et ils pensent encore qu'ils sont pareils.

Par Ugo - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Vendredi 22 août 2014 5 22 /08 /Août /2014 00:00

Elle a été toute ton adolescence. Quand parfois, par une image, une rue, un moment d’une soirée, tu regoûtes à tes 15 ans, c’est elle qui vient dans ta tête, dans ta bouche.

Tu n’as rien fait avec elle. Elle n’a rien fait de toi. Pas même un bisou sur l’épaule, de dos pendant qu’elle dormait. Pas même un mot d’affection.

Mais c’est la première à t’avoir invité au cinéma. Avec un autre mec. C’est chez elle que tu as dormi après ta première nuit blanche. Ce 21 juin 2002 passé avec tes autres amis, c’est chez elle que tu l’as terminé.

Et ce goût d’”on est déjà demain”, ce sourire aux lèvres “il fait jour et j’ai pas dormi”, ce léger “tu fais chier hein. bah viens, dors là”. Le lendemain, tu es parti, tu as un peu cherché tes clés, vous avez bu un thé et tu as un peu pensé à tes parents.

Tu as oublié ta première fois, les racolages du lycée. Les baisers au centre commercial, les tractations du collège sont loin.

Mais elle.

Elle a répondu non quand tu ne lui as pas demandé.

 

Cette fille est dans ta peau, au bout de ta langue chaque fois que tu tentes quelque-chose de nouveau.

Par Ugo - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Jeudi 14 août 2014 4 14 /08 /Août /2014 00:00

Tu conduis lentement en entammant ton pack d’Hépar. Puis en le finissant, tu fais des pauses pipi tous les 70 km.

 

Tu te laisses doubler. Tu arriveras quand tu arriveras. S’il faut boire de l’évian, tu boiras de l’évian.

 

C’est le bonheur.

Par Ugo - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Samedi 9 août 2014 6 09 /08 /Août /2014 00:00

Elle a lu cette statistique. Puis elle est descendue dans sa rue et elle a vu des gens:


J'envisage tous ces gens

Je les espère, je les espère

Amoureux cent fois pas an

En missionnaire, en missionnaire

Par Ugo - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Dimanche 3 août 2014 7 03 /08 /Août /2014 00:00

C'était le soir où vous avez fêté ça au Champomy.

Le soir où vous avez fêté ça au Champomy, vous réalisiez pas encore. Vous avez ri. Vous avez esquissé des plans débridés. Vous vous êtes dit que vous vous aimiez. Vous vous êtes dit que c'était nécessaire de s'aimer, sans doute.

Et puis quand tu t'es éclipsée pour te doucher, tu étais seule, tu as vu la vie actuelle comme de l'histoire ancienne déjà. Les choses sur lesquelles se posaient tes yeux quand tu te brossais les dents étaient déjà des futurs souvenirs. Des reliquats tangibles de cette période de ta vie, de cet avant. C'était une sensation très agréable. Tu avais l'impression de mieux absorber les choses avec l'illusion qu'elles avaient fini.

Le test était positif. Tout ça, de l'antiquité pour elle, pour lui. Pour elle, pour toi.

C'était l'An 0.

Par Ugo - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Jeudi 24 juillet 2014 4 24 /07 /Juil /2014 00:00

Tes pieds marchent à l'ombre depuis un moment, mais ton visage est toujours au soleil.
Il y a encore un bout de ta silhouette, en gris sur le sol orange là-bas au loin.
Il est 21h20. C'est la fin de la journée.
Tu pourrais vivre en Juin toute l'année.
 
 
Tes pieds marchent à l'ombre depuis un moment, tu n'en peux plus .
Ton ombre elastique s'étire très loin derrière. A croire que tu n'arriveras jamais chez toi. Ce jour n'en finit pas.
Il est 21h20. Tu es fatigué.
D'Avril à Juin, c'est la Frühjahrsmüdigkeit.
Par Ugo - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés