Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 00:00


Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.


A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à coté d’eux.


Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!
Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid!
L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait!


Le Poête est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.


Charles Baudelaire // L'albatros


Partager cet article

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article

commentaires

LChe 17/12/2008 19:25

Où, un albatros ?

Ce sont les goélands qui parfois se posent dans les basse-cours. Près des côtes.

Marie 17/12/2008 10:01

Bien trouvé, le parallèle. Même si comme Berrybelle sur le blog de Claudio, je pense que Ruquier est plus adepte du mot qui sonne bien que du lynchage. Ceci dit, quand la langue ripe, ça peut faire mal et ça, ça doit être dur à vivre pour la personne qui les reçoit...

I am an independent Social Media Consultant, check my portfolio:

http://ugoorlando.com/

Community-Management-Freelancer.png