Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 00:00

Il y a longtemps que pour toi, la distance entre Londres et New York se résume à 5 heures. En plus, quand tu es à Londres. En moins, quand tu es à New York.

 

Toutes les 2 semaines maintenant, régulièrement, tu changes d’appartement. Tu parles la même langue. Tu travailles avec les mêmes personnes, tu en rencontres d’autres.

 

Il y a des différences bien sûr. L’accent du chauffeur de taxi. La couleur des panneaux. La largeur des rues. L’étage de ton studio. La composition de ton petit-déjeuner.

Mais les films à l’affiche, l’architecture des bâtiments de bureaux du centre-ville, font que tu te sens chez toi, chez toi. Certains matins, tu te réveilles en ne sachant pas bien où tu es. Certains soirs, tu sors ne sachant plus d’où tu viens.

 

Mais la dernière fois, au terminal, alors que tu avais échoué pour la 18e fois de l’année à arriver juste au moment d’embarquer, tu as dû attendre. Panne de wifi ou panne d’envie, tu n’as pas travaillé.

 

Tu avais le regard dans le vague. En fixant le distributeur, tu envisageais une canette de Minute Maid. Tu mettais du temps à prendre ta décision et ton regard se fixait sur autre chose. Enfin, tu avais l’air disponible. Disponible, comme rarement tu as été disponible depuis tes 27 ans.

 

Alors, accrochant ton regard baladeur, un père de famille t’a tendu son appareil photo. C’était un numérique d’un autre âge. Minuscule objectif. Pas de GPS. Pas d’anti-tremblements. Zoom X3.

 

Tu as cadré les parents et leurs trois enfants sur fond de tarmac. Tu as bien respecté leur souhait de voir l’écran “New York - embarquement - retardé de 10 minutes” sur le côté du cliché.

 

Ca faisait 10 ans qu’ils en rêvaient. Ils ne pouvaient pas voyager à cause du petit dernier. Et même s’ils avaient pu, ils n’auraient pas pu se payer ce genre de voyage. Ils ont gagné ce voyage sur la page Facebook de la compagnie aérienne. Et ils avaient dû économiser une année supplémentaire pour couvrir les frais sur place, non-inclus dans le cadeau.

 

Ton trajet quotidien, c’était le voyage de leur vie.

 

Tu t’en es rapidement débarrassé. Physiquement, du moins. Ton regard est resté dans le vague pendant toute la première moitié du trajet. Et leurs regards…

 

Maintenant, tu somnoles. Tu te réveilles à intervalles réguliers car ton cou ne te soutiens plus. Tu te demandes si l’avion conduit à droite ou à gauche, tu reviens, tu te remets, tu commandes un café, tu échanges ta carte sim, tu te remets au travail.

 

abcfbca1.jpg


Une fois au sol, l'important reprendra.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article

commentaires