Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 00:00

Don't you think there's a good chance for you to know someone who's a bit like you? Okay. Now if you could make this person happy and make your former company happy, you'll probably do this... That's why I wrote the blogpost you're about to read.


Yes, your Dream Job. Well... provided you are like me, passionate in Innovation and Advertising (more specifically in Gaming and Community Management), this is indeed your dream job! So if I were you, I wouldn't read any further and click one of the friendly pics in this post.

Nope, not that one:

imagination as a main added-value at work storytelling post

 

That's something I wrote just before joining Wooga in February 2011. It seems like it's been ages ago, as Wooga achieved a lot since then. So, let's talk about your future company...

They do Social Games. Like... hum... a few other ones. But if you mention 3 top-companies that do games on Facebook, you'll have to say "Wooga".

 


wooga-community-management-job-required-skills.png

 

 Sorry!, other companies I worked at, but I simply have never seen such a sane atmosphere and so many smiles in a single office. The company went from #8 Social Gaming company by Daily Active User to #2, during the 6 month I spent there. It also went from 50 to 100 employees during the same period. They now just welcomed their 200th employee, and - obviously - they're working hard on keeping that pace, as their games become more and more popular...

So how come they became so popular in a market that's super competitive? From what I understand, Wooga first built its success on 3 things: data-data-data (that was the first thing), cute characters and localization. As their biggest competitors are Americans, Wooga had to step out and use a competitive advantage: being European, making games for European people and writing great texts in European languages.

http://www.wooga.com/wp-content/uploads/Pie_Chart_small.jpg

You will likely build your success at Wooga on bringing your imagination with you and make it face metrics. You'll be committed to your community, you'll be creative and fun, you'll invent Social Media twists, write in an engaging and honest way. And while you'll do that, the left part of your brain will look at the left part of your display: metrics-metrics-metrics.

Your KPIs will be trafic. But also engagement, brand image and fun. To help you with that, Wooga will give you an asset of a few rules... which will make you free from any other barrier your mind made up in the past.

Believe me, a creative mind makes an interesting combination with a data driven culture. Which is truly beneficial for both sides - of your brain.

 

wooga-community-management-job.png

 

Wooga is a great company to work at, really. Clément is a great friend to hang out with, really.

(Plus, let's not even talk about the city of Berlin!)


Want to reach out with people at Wooga? Again - go there: http://www.wooga.com/jobs/offers/community-specialist/

Want to chat more casually? I'm your man, and the Comment section is your friend.

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 00:00
vignette en minuscules

vignette en minuscules

vignette en minuscules
Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 00:00

Et je repense à cette vieille femme italienne qui nous faisait rire tous les deux à chaque fois qu'on y repensait.

Elle qui nous avait fait entrer dans sa maison sans rien attendre de nous. Elle formait des pâtes une par une. Patiente. Et quand elles étaient dans nos assiettes, elle nous regardait manger avec fierté. On ne parlait pas la même langue, mais on pouvait lire dans son sourire fermé et ses yeux ouverts "c'est bon hein?".

Et je comprends maintenant son expression. Ce n'était pas d'elle-même ni de ses pâtes dont elle était fière. C'était certainement un peu la satisfaction de nous avoir appris la patience. J'aime bien l'imaginer en tous cas. Et surtout, de la méthode de sa mère, de sa grand-mère et de leurs ancêtres. Ca l'amusait certainement qu'on croie qu'elle était orgeuilleuse.

Cette vieille femme c'est un peu moi maintenant. Je regarde les enfants jouer au foot et je suis contente de voir qu'ils s'amusent bien et qu'ils tombent parfois.

Au départ, j'avais vue sur la mer, c'était sinistre. Un ballet trop bien orchestré de gens trop conscients de ce qu'ils font et pas assez conscients de qui ils sont: ils sont terribles quand ils sont entre deux âges. Quand ils connaissent la vie à moitié, ils ont l'impression d'avoir tout appris. Quand ils apprennent à leurs enfants, ils ont l'impression d'avoir tout connu. On a bien fait de ne pas pouvoir en avoir tous les deux.

Ah. "Tous les deux".

Puis j'ai entendu qu'il y avait vue sur une cour de récréation de l'autre côté. Alors, j'ai demandé à y être transférée. 34 mois plus tard, j'y suis, de l'autre côté. Les enfants dont j'entendais les cris pendant mes premières promenades sont si loin...

J'ai l'impression de comprendre beaucoup de choses maintenant que je suis vieille. Alors, c'est que je suis vieille.

Je vais te rejoindre. Laisse-moi simplement lancer un sourire, un regard, à un enfant et je pourrai te rejoindre.

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 00:00
vignette en minuscules

vignette en minuscules

vignette en minuscules
Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 00:00

Monsieur Fiore connaît ce parc.

Il y allait promener son chien blanc et roux le matin et le soir. Mais depuis que Rouille l'a quitté, il y va promener sa mémoire quotidiennement.

Une fois, il avait oublié ses lunettes et voyait tout flou. Sa myopie rendait le paysage plus impressionniste et ça lui plaisait à Monsieur Fiore.

L'Eté, il aime se lever encore plus tôt que le soleil. Et voir l'aube depuis le parc. Quand il n'y a pas encore ces tas de gamins. Quand les premières personnes qu'il croise sont des joggers, qui apparaîssent après 40 minutes sur un banc.

Il dit bonjour systématiquement. Sans forcément regarder la personne, souvent sans y penser. Cela fait un paquet de "bonjour" que personne ne lui a répondu, il pourrait s'arrêter, se décourager. Non, "bonjour" automatique. Contact humain minimum. "C'est le minimum de dire bonjour".

De temps en temps, il force un peu le destin et oublie encore ses lunettes. Cela lui arrive de plus en plus souvent. Ou un goût de plus en plus prononcé pour "les impressionnistes" - Monsieur Fiore n'aime pas se documenter, il ne peut pas citer le nom d'un peintre sans se tromper de courant. Ou simplement l'âge. M. Fiore est un peu malade, mais il n'aime pas entendre ça. C'est pour ça qu'il n'aime pas recevoir sa famille.

Sa vue dégradée est un enfer dans la cage d'escalier mais dans son parc, il est bien. Le simple saule-pleureur devient une grosse dame qui s'assied lamentablement sur sa robe bouffante.

L'Automne, c'est une palette de gouaches mélangées. Pelouse verte, tâches jaunes souvent, brunes parfois. Un tilleul rouille - Rouille ! Il fait rarement la différence entre les tapis de feuilles mortes si denses et les branches si basses... Les deux se chatouillent. Mais contrairement aux branches du saule, les bras du tilleul repiquent toujours vers le haut.

Voilà, sur le chemin du retour - toujours le même - un autre chien rouille court dans les feuilles jaunes.

L'Hiver. Le parc est blanc. Les branches sont nues. Mais Monsieur Fiore est toujours là, avec sa mémoire. Les silhouettes sont de plus en plus sombres. De plus en plus larges. Les joggers de plus en plus fumants. Les fumeurs de moins en moins présents.

Le Printemps le dégoûte. Les amoureux sont partout, il se souvient de ce que sa mémoire avait oublié. Les fleurs lui rapellent les moqueries de ses camarades de collège, quand ils avaient découvert ce que voulait dire Fiore. Parfois il y repense et ça le fait rire. Ca le fait rire, mais il a quand même envie de casser la gueule de ce petit Lucien Monturon, un peu plus fort que ce qu'il lui avait mis à 14 ans.

Aussi, à force de se balader dans ce parc 4 saisons par an, il a trouvé un bon sobriquet sur le nom de ce petit abruti. Il aurait aimé le placer. Qu'est-ce qu'il aurait aimé.

Ca le fait rire. Tellement fort que le parc devient encore un peu plus flou. Octobre, au pied de la grosse dame à robe rouille, il meurt de rire.

Monsieur Fiore connaît ce parc.

Ce parc connaît Monsieur Fiore.

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 00:00
vignette en minuscules

vignette en minuscules

vignette en minuscules
Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 00:00

Ton corps tout froid me revient en élan de chaleur. C'est vrai que ta peau était quelconque, mais tes mots étaient pour moi. Ca enroulait tout ça dans une couverture brûlante, que j'avais pas remarquée.


Tes gestes mécaniques, ton intimité pragmatique m'ont pas frappé de leurs charmes en pleine action. Moi aussi, j'étais là, mais pas là, juste à faire mon taf efficacement.

Tout ça m'avait pas marqué. Il y a 5 jours.

Mais maintenant que je me pose, cette petite coucherie devient vachement forte. Ca me réapparaît avec des élans de collège et de regards secrets. Avec un goût de bac blanc d'EPS en Mai, quand les cheveux des terminales qui jouent au badminton balancent de droite à gauche.

Y a ce morceau de Bachelorette qui me trotte. Je le chantonne un peu. Et ton corps tout con prend ses allures mystiques, il s'anoblit, devient spécial.


Je reveux de ton nez, de ton cul, de tes épaules. Et surtout de tes mots qui ravivaient tout ça.

Je reveux de toi.

 

Reviens s'il te plaît.

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 00:00
vignette en minuscules

vignette en minuscules

vignette en minuscules
Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 00:00

-Bonsoir.

-Bonsoir, un café.

-Un café, si tard?

-S'il vous plaît.

-Très bien...

-Merci.

-Un euro vingt. Et on ne fume pas ici.

 

Il sort et essaie d'allumer son mégot. Il y a du vent dans Paris. Il se dit qu'il y a du vent sur les plaines de l'Île-de-France alors. Il a de grandes images: en se déplaçant dans l'espace et dans le temps, toujours la nuit, c'est une chose très universelle, le vent. L'Ukraine, la Gaule, les Incas connaissent le vent.

Puis il y a une femme qui marche. Elle est belle, alors il pense à toutes les belles situations dans lesquelles elle s'est retrouvée. Elle était sans doute très proche d'un homme il y a peu dans un hôtel. Elle a été sur le point de l'embrasser, pas plus tôt que la semaine dernière.

Il songe à l'inviter à entrer dans le café. Puis il songe à ne pas payer son café. Puis il songe à l'inviter à ne pas payer son café avec lui. Sa tête est restée orientée vers elle alors qu'elle est passée depuis longtemps. Il a un peu oublié son mégot. Il a encore des images qui se forment...


nighthawks


Image: Nighthawks, Edward Hopper

via: http://hairguytruman.blogspot.com/

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 00:00
vignette en minuscules

vignette en minuscules

vignette en minuscules
Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article