Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 02:00
vignette en minuscules

vignette en minuscules

vignette en minuscules
Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 02:00

Les lignes se développent sur la main du fœtus dans l’utérus vers la 12ème semaine après la conception.

Lorsque le fœtus serre ses poings pour la première fois, les lignes de la main se forment au hasard des plis. Cela aide la peau à se répartir harmonieusement dans les mains sans que des paquets se forment.

Un simple geste, un instant, définit la structure de la vie de la personne.

La plupart des gens ont trois lignes plus prononcées sur les paumes de leurs mains. Certains, cependant, n’en ont qu’une seule, et un unique pli palmaire peut être un signe de développement anormal: les bébés atteints du syndrome d’alcoolisation fœtale n’ont souvent qu’une seule ligne.

La prise de main se fait typiquement chez le jeune couple entre la deuxième et la sixième rencontre suivant le premier rendez-vous.

Lorsque le couple se donne la main pour la première fois, les attaches se forment au hasard des prises de doigts. Cela aide les mains à s’accrocher harmonieusement sans que des torsions se créent.

Un simple contact, un instant, définit la structure de la vie du couple.

La plupart des gens prennent les doigts de l’autre (sauf le pouce) entre leur pouce et leurs autres doigts ; l’autre faisant la même chose. Certains, cependant, emmaillotent déjà leurs doigts: comportement fusionnel. D’autres serrent immédiatement leur main tout autour de celle de l’autre, ou encore (en marchant) placent leur main clairement en avant de celle de l’autre: syndrome de directivité. 

 

Source: Elizabeth Howell, Live Science http://www.livescience.com/34542-palm-lines-palmar-creases.html
 

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 01:00
vignette en minuscules

vignette en minuscules

vignette en minuscules
Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 01:00

-Tu savais que dormir une heure de plus le matin, c’est équivalent à un bon steak?
-Quoi?
-Tu savais pas?
-Je savais pas quoi?
-Le matin, si tu dors une heure de plus que d’habitude, c’est l’équivalent d’un bon steak.
-Mais l’équivalent en quoi?
-...
-En protéines?
-Ouais... Peut-être... Je sais pas...
-Ou en gras?
-...
-L’équivalent en gras?
-Je sais pas.
-Bah alors.
-Bah je sais juste que c’est l’équivalent d’un bon steak, c’est tout ce que je sais. Toi tu poses des questions aussi.
-Non mais c’est absurde ton truc, tu te rends compte? L’équivalent d’un bon steak, ça ne veut RIEN dire! Un bon steak, ça t’apporte quoi? Des protéines, du gras, de la satiété.
-Ah c’est peut-être ça.
-Quoi?
-La satiété.
-Ah ouais? ...Et c’est quoi la satiété?
-Enfin, c’est peut-être pas ça.
-Ouais ben on le saura jamais. Et tu penses aux gens qui mangent pas de viande? Ce que ça leur apporte: du dégoût? De la torture?
-Mais eux du coup ils aiment pas dormir une heure de plus le matin.
-Mais! Mais même, c’est DÉBILE ton truc, ça veut dire que si tu dors 7 heures, t’as mangé 7 steaks. Ca a pas de sens.
-Ah non, c’est que pour les heures supplémentaires.
-Oh putain mais j’en peux plus de toi! Je vais te steaker la gueule, ça va t'endormir.
-Ah mais en plus c’est toi qui te plains?
-... Bah... Oui! Pourquoi? Ca devrait être à toi de te plaindre?
-Peut-être!
-...
-Ouais... En tous cas, une bonne engueulade, ça équivaut à... un bon footing.

 

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 01:00
vignette en minuscules

vignette en minuscules

vignette en minuscules
Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 01:00

La première fois que je suis vraiment venu chez toi, c’était pour le débat d’entre-deux tours. “Moi Président de la République”. J’allais à droite, et tu allais à gauche.
On était vraiment ensemble qu’après l’Euro 2012.

Tous les 3 mois, on changeait la musique du réveil. Alors, quand on réentendait le morceau de l’année précédente, ça sentait les matins doux. Quand on se réveillait en boules toutes chaudes, et qu’on allait au travail à vélo.

L’Allemagne a gagné la coupe du Monde, et on a emménagé ici. J’ai laissé mon vélo.
A chaque Ramadan, on échangeait nos places dans le lit. Tu allais à droite, et je passais à gauche.

A chaque Noël, tu allais voir tes parents. J’en profitais pour faire ma compta de l’année.
Tous les 10 ans, je m’étais dit que je changerais de parfum. Et puis, le nouveau t’a pas plu. Il a tenu que 2 mois.

Qu'on soit tout collé ou très loin, c'était tous les soirs, bonne nuit. Tous les matins, bonjour.

Autour aussi, le monde se marquait temporellement. On élargissait le trottoir devant chez nous. La station de taxi a été déplacée. Il y a eu un avant, et un après. La rue qui descend est passée en sens unique. Elle ne sera plus "la rue qui monte".

A chaque changement d’heure, le dimanche, on allait au même parc. Pour fêter ça. On avait pas d’autre occasion pour y aller.

Déjà la 4e compta de l'année. Déjà la balade dans le parc. Déjà la place dans le lit. Déjà l’Euro 2016.

Tous les 11 mois, on accrochait une nouvelle carte postale “CINEMA RIF” sur le mur que le soleil irradie tous les matins.

 

On a passé 33 mois ici. Et on s’en va demain. Notre premier marqueur dans ce nouvel appartement, c’est le débat d’entre-deux tours.

 


 

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 01:00

-Et ma pote, ça va elle t’a vendu son téléphone au final?
-Ouais pas trop cher et tout, mais maintenant je suis dégoûté à cause du correcteur d’orthographe.
-Quoi le correcteur d’orthographe.
-Bah en fait, vu que c’est une meuf, ça me met tous les mots avec un “e” à la fin. Par défaut tu vois. Genre, j’écris “je suis content”, ça va me mettre “je suis contente” et je suis obligé de supprimer le “e”, c’est relou. Et comme ça partout. Je suis arrivé”e”, fatigué”e”, prêt”e”, ...
-Ouais.
-Ouais relou quoi.
-Mais bon, si t’étais une meuf, tu devrais faire ça tout le temps, dans la vie, rajouter des “e” partout.
-Ouais.
-Bah ouais.

 

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 01:00
vignette en minuscules

vignette en minuscules

vignette en minuscules
Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 01:00

C’est pas vraiment la Lorraine, c’est plutôt l’idée d’être en Lorraine.
On ne pourrait nommer personne qu’on connaisse en Lorraine. Et sans doute que nos têtes ne reviennent à personne ici. Et pourtant, il y a peut-être un vieux copain Facebook, une Marraine quelque-part dans la région. On ne sait pas. On est là, et on ne sait pas.
On est là, et pourtant on a l’impression d’être loin. La Lorraine, c’est loin même quand on y est.
On a l’impression d’une région jaune pâle. Couleur œuf avec du fromage. Et par-ci par-là, des morceaux de lardons.
Putain de vacances.

 

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 01:00

Relire mon auteur préféré pour la première fois depuis 2010. Et tout de suite l'impression qu'il est resté en moi pendant ces 7 années.

 

Que je retrouve enfin ce vieil ami à la terrasse d'un café. Avec pour seul effort celui d'ouvrir un livre. "Mais pourquoi on s'est perdus de vue au fait, tous les deux, tu te souviens ?"

 

L'impression qu'il m'a accompagné, comme ça, à côté, comme une conscience, un ange gardien, comme le fantôme d'un père. Je pensais qu'il était derrière mon épaule, mais il était en moi.

 

En principe,les descriptions m'ennuient, mais j'aime les tiennes. Je les dévore. Elles donnent du corps à tes personnages, tes situations, tes enjeux. Qu'est-ce que 24 heures de la vie d'une femme, sinon ces longues mains blanches et souples ? "Mais, vraiment, pourquoi est-ce qu'on ne s'était plus donné de nouvelles ?"

 

L'errance urbaine aussi, c'est un point commun qu'on a tous les deux. Le délice de n'être ni connu, ni attendu, dans une ville à prendre. Le frisson de s'imaginer passager clandestin dans ces rues. Fugitif.

 

 

 

 

Et observer. Observer comme unique observateur. Installé face à la rue qui défile. Puis remarquer un autre observateur. On cherche alors son regard par complicité, mais on l'évite par malaise, dégoût. On ne veut pas partager les mêmes observations. "Alors, tu te rappelles pourquoi on a arrêté de se voir tous les deux ?"

 

Ca me rappelle cette phrase : "Seule la littérature peut vous permettre d'entrer en contact avec l'esprit d'un mort, de manière plus directe, plus complète et plus profonde que ne le ferait même la conversation avec un ami". Cette phrase à la fin d'une démonstration implacable de Houellebecq.

Oui, je me souviens, Houellebecq, cet amant pour qui j'ai faussé compagnie à mon ami.

 

Repost 0
Published by Ugo
commenter cet article

I am an independent Social Media Consultant, check my portfolio:

http://ugoorlando.com/

Community-Management-Freelancer.png